ARPEJ

Notre projet

La pédagogie ignatienne au service des jeunes en difficulté

L’ARPEJ (Accompagner vers la Réussite les Parents Et les Jeunes) est une association qui vise à soutenir les jeunes en difficulté et leurs familles, à travers des accompagnements à la scolarité et à l’insertion professionnelle, et des activités à caractère éducatif, culturel ou social.

« Arpej, c’est mettre la pédagogie ignatienne au service de jeunes en difficulté : prendre le jeune là où il en est, signer un contrat avec lui et sa famille, le considérer avec bienveillance, le rendre acteur, relire avec lui le bout de chemin… Autant d’ingrédients qui, mis ensemble, définissent une façon de faire, à la fois ferme et douce pour aider le jeune à grandir. » France Nijdam

Centre Sèvres
La pédagogie ignatienne au service des jeunes en difficulté

ARPEJ

Accompagner vers la Réussite les Parents Et les Jeunes
Jeunes de 7 à 25 ans
400
30 000 €
France

Plus d’info

En chiffres

 

Créé en février 2011 au sein du réseau Loyola Formation, le projet ARPEJ apporte une réponse, modeste mais réelle, à l’échec scolaire des enfants et jeunes issus de familles en difficulté en s’appuyant sur la pédagogie ignatienne. Les ARPEJ ont des boutiques sur rue au cœur des quartiers populaires afin d’être facilement repérables par les familles du quartier et pour encourager les jeunes à pousser la porte. Les élèves sont accompagnés deux fois par semaine en moyenne.

  • 7 centres : Saint-Denis, Reims, Versailles, Toulouse, Paris, Marseille, Bordeaux
  • 380 enfants accompagnés
  • 300 bénévoles
  • 15 000 heures d’accompagnement annuel
  • Participation symbolique des bénéficiaires: 1,5€/heure en moyenne
  • Budget de fonctionnement : en moyenne 25 000 €/an/centre

 

Contact

France Nijdam, Coordinatrice de l’Arpej au sein du réseau Loyola Formation

france.nijdam@orange.fr

En savoir plus : Interview de France Nijdam

temoignage

Interview croisée

Que vous apporte ARPEJ ?

Selma : Je suis en 4e à Saint-Denis. Je viens depuis 4 ans à ARPEJ 93 pour éradiquer mes lacunes dans certaines matières.  Ici, on m’aide à faire mes devoirs, avoir de bonnes méthodes, bien apprendre.
Mes notes ont augmenté, je suis contente. Cet après-midi, on va réviser avec Frédéric.

Frédéric : Je suis très content de venir ! On fait œuvre utile en accueillant ici 60 jeunes du CE1 au bac, 4 après-midis par semaine. C’est rare sur Saint-Denis. C’est bien sûr une goutte dans l’immensité des besoins éducatifs, mais comme le colibri de la légende amérindienne, je fais ma part !

Et aux familles ?

Selma : Ma maman est derrière moi. Elle veut que je réussisse. Elle connait tout le monde ici. Mon grand frère vient aussi, et mon petit frère est sur liste d’attente. Ici, ce n’est d’ailleurs pas que du travail. Quand on a fini nos devoirs, on peut parler de notre vie, de nos vacances. C’est aussi de la bonne humeur et de la joie !

Que souhaitez-vous dire aux donateurs et bénévoles ?

Selma : déjà, je dis merci. Chaque année, c’est enrichissant de venir ici. Les bénévoles sont tous gentils et à l’écoute. L’ARPEJ, c’est vraiment très bien, et j’aimerais que ça continue encore longtemps.

Frédéric : Dans le modèle ARPEJ, nous louons une boutique en rez-de-chaussée pour être visible depuis la rue et encourager les jeunes à venir.  Il faut donc payer un loyer. Tous les intervenants sont bénévoles… et je lance un appel : pour répondre aux immenses besoins, on cherche des bénévoles !

Selma Kaabeche Zemirli, 14 ans, et Frédéric Buxtorf, Président ARPEJ 93 et intervenant bénévole